Véhicules autonomes et taxis volants : l’importance des données dans la gestion des risques de demain

Il y a peu encore réservée aux romans de science-fiction, la démocratisation des véhicules autonomes et des taxis volants sera, dans les années à venir, le point de départ d’une nouvelle révolution de la mobilité. Mais à nouveaux moyens de transports, nouveaux risques ! Le recueil et l’analyse des données a pour objectif de prévenir ces derniers ; il s’agira donc d’un enjeu crucial dans la gestion des potentiels sinistres liés à ces nouvelles technologies. 

 

Véhicules autonomes et taxi volants : répondre aux défis de la mobilité de demain 

D’ici 2030, la surcharge du trafic urbain pourrait, en Europe et aux Etats-Unis, générer un coût de près de 300 milliards de dollars. En parallèle de ces projections, un constat : celui du changement des modes de consommation de mobilité (V-lib, covoiturage, autopartage etc.).  

 Ces sujets préoccupent l’industrie automobile, comme en témoigne la multiplication des projets ayant pour but de repenser les mobilités de demain, notamment par le développement de navettes autonomes et de taxis volants. Plus de 120 seraient actuellement à l’étude à travers le monde.  

 

La mobilité de demain, un enjeu technique et réglementaire 

Les avions n’auront bientôt plus le monopole du ciel, c’est une réalité. L’invention du marseillais Franky Zapata en est le parfait exemple.  Lors du défilé militaire annuel sur les Champs-Élysées du 14 juillet 2019, il survolait l’assistance sur son hoverboard, marquant les esprits. Mieux, 20 jours plus tard il créait un précédent en traversant la Manche à bord de son appareil volant 

Pour anticiper ces changements, des évolutions réglementaires et d’infrastructures sont nécessaires. Des sujets complexes qui ne pourront sans doute pas être développés dans les délais voulus par l’industrie. 

Pourtant, l’idée qu’un jour l’Homme puisse se déplacer en taxi volant ne semble être qu’une question de temps. En effet, le groupe Safran annonce débuter la production de moteurs électriques pour drones et taxis volants, avec pour objectif d’en livrer 200 en 2019. 

Pour voler, ces drones et autres engins volants autonomes auront besoin d’une cartographie du ciel précise, afin d’être avertis des potentiels obstacles et de respecter les couloirs aériens. Un autre enjeu technique provient de la nécessité de faire parler la même langue aux bases de données. Des véhicules volants pouvant être amenés à traverser les frontières, les autorités du pays de survol devront être en mesure de vérifier leurs autorisations. 

Enfin, une réorganisation du ciel est absolument nécessaire, car les risques d’accidents pour les aéronefs sont réels. Plusieurs collisions entre ces derniers et d’autres engins volants se sont en effet déjà produites, notamment au Canada et au Mozambique en 2017. Malheureusement, il est probable qu’ils seront amenés à se multiplier du fait du déferlement d’appareils utilisés par les entreprises. 

 

Comment gérer au mieux les risques relatifs à cette révolution ? 

C’est avec ces enjeux à l’esprit que les régulateurs travaillent dans de nombreux pays sur des réformes de leur sécurité aérienne, et prévoient une refonte des couloirs aériens qui tiendrait compte des nouvelles mobilités à venir. 

En tant que cabinet d’expertise et de conseil, nous nous préparons à cette transition, car nous savons que malgré des solutions toujours plus performantes, le risque zéro n’existe pas. Il y aura toujours des incidents susceptibles de conduire à un sinistre, pour lequel la recherche des causes et circonstances devra être engagée. Afin de prévenir efficacement et de gérer ces nouveaux risques, nous nous appuyons sur la collecte et l’analyse des données liées à la sinistralité 

C’est pourquoi nous développons au sein de notre filiale spécialisée en prévention et gestion des risques, INQUEST, une cellule investigations, afin de recueillir et d’analyser les données relatives aux sinistres. Le décodage de ces données permettra d’identifier les causes et circonstances du sinistre. Une fois son origine reconstituée et déterminée, il deviendra plus facile d’en prévenir la répétition, et d’en assurer une gestion efficace. Qu’elles proviennent d’un véhicule autonome ou d’un engin volant, l’analyse des données représentera ainsi une étape incontournable de l’accidentologie de demain. 

 

Sébastien ELIE – Expert Associé, responsable région Centre Ouest – Directeur BL MOTORS

Découvrez son univers de compétence

 

Sébastien THEILLARD – Expert Automobile & Transports

Découvrez son univers de compétence