Risque incendie des voitures électriques et hybrides, le danger est-il réel ?

La barre des 500 000 véhicules électriques (VE) en circulation en Europe a été franchie en 2017. Une année record qui promet un bel avenir aux véhicules à énergies hybrides et électriques si certains freins sur la sécurité parviennent à être levés. Réponse avec notre expert auto Sébastien Elie.

 

Décryptage: la batterie des voitures électriques dans le viseur

Depuis ces dernières années, l’automobile connait une très forte évolution vers les véhicules à énergies hybrides et électriques. Ces deux technologies utilisent des Énergies Électriques Embarquées (E.E.E.) correspondant à la réserve ou à la source d’énergie électrique transportée par le véhicule et utilisée pour assurer la traction.

Qu’elle soit de très basse tension (TBT – de 120 V) ou de basse tension (BT – de 1 500 V), ces technologies multiplient les risques potentiels d’incendie d’origine électrique, tant au niveau des composants électroniques, des câbles électriques que des batteries. L’usage des batteries de nouvelle génération à base de lithium (lithium-ion, lithium métal polymère…), impose une gestion électronique rigoureuse du BMS (Battery Management System), afin d’assurer leur bon fonctionnement. Sensibles aux excès de température, les batteries à base de lithium peuvent faire l’objet d’emballement thermique dès que leur température de fonctionnement n’est plus maîtrisée.

En parallèle, la multiplication des faisceaux électriques augmente le risque de dysfonctionnements électriques pouvant se transformer en incendie. Deux cas sont fréquemment relevés sur les véhicules, les arcs électriques et les phénomènes d’effet joule.

L’ensemble de ces risques conduit souvent à de très importants dommages qu’ils soient localisés au véhicule ou qu’ils s’étendent à la zone de stationnement du véhicule.

 

Aucune statistique sur un risque plus élevé d’incendie

Malgré le développement du parc automobile à Energie Electrique Embarquée, et bien que les risques d’incendie d’origine électrique soient multipliés, il n’existe pas de statistique permettant de confirmer que les véhicules utilisant des Énergies Électriques Embarquées soient plus sujets aux incendies que les véhicules équipés de moteurs thermiques.

Selon un cabinet américain*, le véhicule électrique pourrait représenter 22,4 % des ventes mondiales d’ici 2025. Il conviendra toutefois d’observer leur vieillissement et d’être vigilant sur la qualité des travaux réalisés dans le cadre des opérations de maintenance.

 

Sébastien ELIE, Expert Associé, responsable spécialité Automobile

Directeur région Centre Ouest

Retrouvez son univers de compétence

 


*Frost & Sullivan