Les tunneliers, une expertise souterraine

Un engin capable d’excaver des tunnels jusqu’à 50 mètres sous le niveau de la mer peut laisser perplexe plus d’un expert en cas de sinistre. Pourtant, les tunneliers sont le plus souvent exposés à des pannes mécaniques classiques, la difficulté résidant davantage dans la gestion délicate de dossiers impliquant souvent un arrêt d’activité avec des enjeux financiers conséquents. En plein chantier du Grand Paris, retour sur le fonctionnement des tunneliers avec Philippe Azoulay, expert et directeur général adjoint de notre groupe.

 

Comment fonctionne un tunnelier ?

Jusqu’à 21 tunneliers seront en action simultanément sur le chantier du Grand Paris Express. Quasiment 24 heures sur 24, les engins vont creuser 10 à 12 mètres par jour à une profondeur de 20 à 30 mètres. Le tunnelier assure plusieurs fonctions allant de l’abattage de la roche à la mise en place d’un soutènement en passant par l’évacuation de la matière.

Appareil métallique cylindrique pesant plusieurs tonnes, il se compose d’une tête d’abattage, d’un bouclier et d’un système d’extraction et de propulsion attelés à un train suiveur composé de l’ensemble des remorques contenant le matériel nécessaire au fonctionnement du tunnelier (alimentation électrique, poste de conduite, alimentation hydraulique, alimentation en fluides annexes). L’ensemble de pose des voussoirs (anneaux en béton) fait également partie du train suiveur.

Le tunnelier fonctionne en trois phases distinctes.

1)La foration

Cette opération s’effectue grâce à la roue de coupe du diamètre du tunnelier située à la tête de l’engin. La roue est équipée d’éléments proéminents de coupe en acier à très haute résistance (outils) et tourne entre 0 et 2 tours par minute (réglage qui dépend de la dureté et de la consistance de la matière à abattre). Le bouclier comprend des trous permettant le passage de la matière qui sera ensuite évacuée via les wagons électriques du train suiveur.

 

2)La pose de l’anneau de voussoir 

Une fois la percée effectuée, le forage s’arrête pour procéder à la pose d’un anneau de voussoir. Un voussoir est un élément en béton qui forme un arc de cercle correspondant au diamètre du tunnel. Le dernier élément qui ferme l’anneau, dit clé de voûte, est posé et rend l’anneau autostable.

 

3)L’injection de béton entre l’anneau de voussoir

Pour combler le petit espace subsistant entre l’extérieur des voussoirs et l’intérieur du forage, un mortier de remplissage est injecté. Pendant l’opération de pose d’un anneau de voussoir, le train évacue la matière des wagons. Le travail de forage peut reprendre avec la roue de coupe qui se remet en rotation.

 

La gestion complexe des sinistres sur les tunneliers

Ces engins impressionnants restent soumis aux mêmes types de pannes que d’autres matériels de chantier : une pièce mécanique peut casser et nécessiter une réparation ou un remplacement. La complexité réside dans la gestion du dossier qui nécessite un haut niveau de technicité et une capacité d’intervention rapide.

La remise en état d’un tunnelier est très complexe et peut s’étaler sur plusieurs mois, car il s’agit de mécanique lourde dans un environnement très exigu. L’expert travaille dans des conditions extrêmes jusqu’à 50 mètres environ sous le niveau de la mer, sans autre accès que l’entrée du tunnel.

Le tunnelier ne peut reculer et la partie sinistrée se situe très souvent à l’avant de la machine. Lors de notre intervention sur un chantier de terminal gazier suite à l’arrêt d’un tunnelier, nos experts ont effectué des opérations de « carottage » consistant à découper un échantillon cylindrique sur la machine afin d’analyser les causes du sinistre.

Tous les facteurs ont été envisagés afin de proposer plusieurs solutions techniques de réparation. En effet, aucune hypothèse ne peut être écartée étant donné les conséquences financières importantes de retard sur le chantier. La cause du sinistre a pu ainsi être isolée et permettre la reprise du travail d’excavation.

Aujourd’hui, de nouveaux types de tunneliers verticaux (VCM) font leur apparition sur les chantiers nécessitant d’adapter la logistique et les interventions de nos experts.

 

Philippe AZOULAY – Directeur Général Adjoint

Direction Relation Client

Retrouvez son univers de compétence