Mettez le feu à vos combles pour 1€

Dans le cadre de dispositifs financiers, des offres pour isoler les combles perdus à 1 € se multiplient. Les acteurs sur le marché sont alors plus nombreux et font parfois preuve d’un manque de formation évident qui se traduit par des non-conformités dans la mise en œuvre de l’isolant. Le soufflage de l’isolant, opération visiblement inoffensive, peut alors être à l’origine d’un incendie.

 

Les dispositifs des certificats d’économies d’énergie permettent d’isoler des combles perdus pour 1€. Face à cette offre alléchante et à l’augmentation du coût énergétique, l’isolation des combles est devenue une priorité pour les propriétaires qui ont de plus recours à cette opération.

L’isolant est alors soufflé dans les combles en une demi-journée et le propriétaire heureux d’avoir fait une bonne affaire. Au demeurant bien inoffensif, le cocktail ouate de cellulose et spot halogène encastré dans le plafond ne font alors pas bon ménage.

Nous observons ainsi depuis quelque temps une augmentation significative des feux de combles. Habitués à des feux d’origine électrique (coffret de raccordement) ou des écarts de feu non respectés (fumisterie), les investigations que nous menons ont démontré à plusieurs reprises que l’incendie prenait naissance suite à l’inflammation de la ouate de cellulose provoquée par le contact d’un spot halogène.

Des essais en laboratoire ont ainsi permis de valider ce scénario en mettant en évidence que la température de contact entre le spot et la ouate dépassait allègrement les 350 °C, provoquant ainsi la combustion de l’isolant. Le phénomène va alors couver pendant plusieurs heures (montée en température de l’isolant jusqu’à 640°C) avant de se déclencher en incendie de combles.

À noter que dans le cas de spot LED, la mise à feu en laboratoire n’a pas été constatée, les températures maximales atteintes étant de l’ordre de 100°C.

L’incendie pourrait être évité si la mise en œuvre de l’isolant avait respecté les règles de l’art dans ce domaine (avis technique du CSTB sur ce sujet N°3693-V2).

Ainsi dans les combles d’une habitation, les isolants ne doivent jamais être en contact direct avec les dispositifs d’éclairage encastrés tels que les spots halogènes et des capots de protection doivent être mis en œuvre. Il en est de même avec les transformateurs qui doivent être couverts par ces mêmes capots ou sortis de la couche d’isolation.

 

Nicolas Patris, Expert – responsable spécialité Incendie

Découvrez son univers de compétence