La Fabrication additive : avantages et risques à venir

L’imprimante 3D est devenue un outil de fabrication bien connu du grand public. Dans son prolongement, les industriels développent une nouvelle méthode : la fabrication additive avec pour résultat des pièces plus légères et plus complexes. Tour d’horizon de ce nouveau procédé.

Depuis quelques années, une nouvelle méthode de fabrication de pièces fait ses preuves dans le domaine des technologies. Les techniques conventionnelles, outre le moulage, consistent à enlever de la matière. La fabrication additive, c’est exactement le contraire : la pièce est créée par addition de matière, couche par couche ou par la superposition de filaments. Ce procédé permet de mettre de la matière uniquement où il y en a besoin avec un  gain de poids surprenant.  Toutes les familles de matériaux peuvent être mises en œuvre : plastiques, alliages métalliques, céramiques et même béton avec lequel des maisons ont été construites en laboratoire.

Les avantages de la fabrication additive

D’un cout encore élevé, ce procédé est principalement utilisé dans les secteurs de pointe, comme l’aéronautique. S’agissant d’une technologie jeune et en plein essor, ses limites ne sont pas encore connues bien que ses qualités soient indéniables. Concurrent de la fonderie pour des petites séries ou le prototypage, la fabrication additive offre une optimisation du poids qui diminue la consommation en matières premières. L’autre avantage réside dans sa capacité de fabrication de pièces creuses et de formes complexes.

Quels sont les risques ?

Aujourd’hui, nous avons peu de recul sur les problèmes que ce nouveau process soulève, mais il ne fait aucun doute que les experts devront bientôt gérer des dossiers propres à la fabrication additive :

  • problèmes de matériaux avec les nouveaux alliages continuellement en cours de développement afin d’optimiser les résultats en terme de facilité de mise en œuvre, de coût et de résistance mécanique
  • défaut de fabrication : fissures…
  • risques occasionnés par les machines de production pouvant mettre en jeu un laser de puissance, des courants électriques élevés, des poudres (explosion), des dégagements toxiques…

Laurent LLUCH, Expert Risques Techniques – Groupe GM Consultant