Ecoresponsables, intelligents, voici à quoi ressembleront les cargos du futur !

La croissance prévisible du transport maritime ( 15 milliards de tonnes de marchandises transportées en 2050 contre 10 milliards de tonnes en 2014 ) incitent les industriels et armateurs a redoubler d’imagination pour préparer l’avenir et s’inscrire pleinement dans une démarche de développement durable en conformité avec les engagements internationaux.

Aujourd’hui, 90 % des marchandises sont transportées par la mer, 50 000 navires de la marine marchande  sillonnent les océans, pour un marché total de 1 500 milliards d’euros par an. Le transport maritime est le mode le plus respectueux de l’environnement. Il ne représente qu’une faible part de la pollution des mers et océans et moins de 3 % des émissions dans l’air. Il émet 5 fois moins de CO2 que le transport routier et 13 fois moins que le transport aérien. Néanmoins, le futur se prépare avec de nouvelles évolutions.


Le retour des voiles et l’utilisation de l’aérodynamisme…

Depuis 2009, certains ont fait le choix du retour vers la voile. Cette évolution restera sans doute limitée mais sera accompagnée d’innovations, les solutions hybrides se multipliant : voiles solaires, voiles géantes automatisées et moteur en cas de faible vent, cerfs-volants.

Coque aérodynamique associée à un logiciel de navigation qui permet d’orienter la coque en fonction des vents.

Illustrations-cargos-du-futur-

…Et un jour les cargos drones

Sans équipage et dirigés depuis des centres de contrôles terrestres, les cargos drones autonomes et intelligents, sûrs et moins polluants, font l’objet d’études. Cependant, les premières traversées pour de tels convois nécessitent, outre le changement des mentalités, la modification des règles internationales de navigation.

Des innovations qui viennent s’ajouter aux nouvelles énergies à exploiter en mer (parcs éoliens fixes, puis bientôt flottants, hydroliennes, installations houlomotrices), autant de défis que l’homme doit relever et d’opportunités économiques à saisir, mais aussi de nouveaux risques, concernant la sûreté, la sécurité et la protection de l’environnement marin. Ces nouveaux challenges, s’ils utilisent des technologies éprouvées depuis des décennies, nécessitent que les acteurs, de la construction à l’exploitation, évoluent rapidement pour apprendre à maîtriser leurs nouvelles machines.

Didier Giraud, Expert Energies et Industries

Cliquez ici pour revenir à la newsletter