Aérovoltaïque

Aérovoltaïque : quelle protection pour les systèmes hybrides d’économie d’énergie pour particuliers ?

Ce système combine la production d’énergie électrique et la production d’énergie thermique. Favorisant les économies d’énergie, il s’inscrit pleinement dans la loi relative à la transition énergétique.  Un système presque idéal que les Multirisques Habitation n’accepteraient cependant pas de garantir…

La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique et la croissance verte est une loi dite « de mobilisation et d’action » qui concerne l’ensemble des actifs du territoire français : particuliers, entreprises et pouvoirs publics. Elle se donne pour objectif, entre autre, de réduire les consommations d’énergie et de favoriser la production d’énergies renouvelables.

Seize mesures concrètes encouragent les particuliers à se tenir informés de leur consommation d’électricité et de chauffage et à en réduire, au maximum, les consommations. Prêt à taux zéro et crédit d’impôt pour la transition énergétique les soutiennent dans leur démarche d’amélioration de la performance énergétique de leur habitation.

 

Jusqu’à 50 % de la production d’eau chaude et de chauffage d’une habitation

Constitué, à la fois, de modules photovoltaïques produisant de l’énergie électrique et d’un système de récupération de l’air chaud circulant en sous-face des modules, l’aérovoltaïque permet de répondre aux problématiques d’économie d’énergies et de production d’énergies renouvelables.

Ce système hybride de plus en plus plébiscité par les particuliers, combine la production d’énergie électrique au moyen de panneaux photovoltaïques « standards » et la production d’énergie thermique en récupérant et redistribuant au sein de l’habitation, l’air circulant sous les modules photovoltaïques et réchauffé par effet Joule.

Couplé à une VMC double flux ou à un ballon thermodynamique, ce système de récupération d’air pourrait assurer jusqu’à 50 % de la production d’eau chaude et/ou de chauffage d’une habitation.

 

Des sinistres non couverts par les Multirisques Habitation

Seul accroc dans le tableau idéal présenté par l’aérovoltaïque : les Multirisques Habitation n’accepteraient pas de système hybride.

Elles refuseraient de prendre en compte l’aérovoltaïque dans leur extension de garantie Photovoltaïque car, dans les termes, une installation photovoltaïque, système de production d’électricité, ne peut être également une installation de chauffage, et inversement.

Ce positionnement peut prendre appui sur la position du gouvernement français qui définit l’aérovoltaïque comme un système de chauffage solaire bénéficiant, à ce titre, d’un crédit d’impôt de 30 %.

A l’heure de la Transition Energétique où l’engagement de chacun est demandé et où les systèmes d’économies d’énergie sont encouragés, la protection des risques sur ce type de système de cogénération pour particuliers apparait donc comme une oubliée.

 

Quel avenir pour les systèmes hybrides ?

L’aérovoltaïque pourrait bien faire des émules dans le milieu industriel où les économies d’énergies sont également vivement encouragées.

Plusieurs techniques de cogénération (méthanisation, turbine à gaz, …) sont déjà exploitées de façon industrielle et bénéficient de couvertures de risque prenant en compte les installations de production d’énergie électriques et d’énergie thermique dans leur intégralité.

L’aérovoltaïque pourrait être proposée comme une solution hybride moins encombrante, nécessitant moins d’entretien et de Génie Civil, car facilement intégrable aux toitures de bâtiments industriels existants, avec une production de chaleur pouvant recouvrir à la fois les besoin en eau chaude et chauffage des chaines de process et des locaux (bureaux, ateliers, vestiaires, …).

Avec peut-être dans l’avenir, un retour sur la couverture de risques des systèmes d’économie d’énergie pour particuliers…

CLIQUER ICI POUR REVENIR A LA NEWSLETTER

Marie PAVAN
Expert Energies – Groupe GM Consultant