Accidentologie : la reconstitution de l’accident

Après les mesures conservatoires de l’accidentologie sur le terrain (cf. article Accidentologie routière : focus sur les mesures conservatoires), l’expert procède à la reconstitution de l’accident à l’aide de calculs et d’un logiciel d’accidentologie. Le travail minutieux de l’expertise s’accompagne de l’apport des nouvelles technologies scan 3D et modélisation de la scène d’accident. Antoine Jarry, accidentologue, nous explique les étapes de son travail.

 

Reconstituer la configuration exacte grâce au scan 3D

L’accidentologue devra étudier précisément la configuration de la collision entre les véhicules impliqués. La configuration de choc détermine la position et l’orientation de chacun des véhicules impliqués dans l’accident au moment du choc initial (norme ISO 12353-1). Elle indique la position exacte des participants au moment précis de la collision dans un système de coordonnées fixes (norme ISO 6813-1998).

L’apport des nouvelles technologies, comme le scanner 3D, nous permet de réaliser cette étape malgré des expertises effectuées sur différents sites. En effet, un scan 3D est réalisé pour chaque véhicule impliqué et ces derniers sont superposés sur un logiciel dédié afin d’obtenir la position angulaire précise des véhicules au moment du choc.


modelisation-3d-accidentologie-gm-consultant
 

Une fois la position angulaire des véhicules au moment du choc validée, nous pouvons les repositionner sur la chaussée à l’aide du plan détaillé d’accident établi par les forces de l’ordre ou bien à l’aide des marquages au sol réalisés par ces dernières et observés lors de nos opérations d’expertise sur site.

 

Analyse du bilan lésionnel des victimes

L’expert en accidentologie poursuivra ensuite dans la reconstitution de l’accident en effectuant une analyse du bilan lésionnel des victimes. Cette enquête porte sur des données médicales : bien que nous nous éloignions du travail de technicien automobile, il s’agit d’un élément important de l’étape de reconstitution. Le bilan des lésions permet de corroborer ou d’indiquer l’absence du port de la ceinture de sécurité (présence de traumatismes thoraciques pouvant conduire à un pneumothorax, etc.), mais aussi les points de choc initiaux sur le véhicule (le corps d’une personne à l’intérieur du véhicule se dirigeant toujours dans un premier temps vers le point de choc*) et d’éventuels doutes sur les places occupées par les protagonistes (conducteur, passager avant…).

 

Calcul de la vitesse des véhicules avant la collision

Le calcul de la vitesse prend en compte les indices au cours des différentes phases du sinistre : phase post-collision et phase collision. Au moment du choc, certains indices comme des traces de freinage ou de ripage sur la chaussée permettent de comprendre le comportement du véhicule avant l’impact et de déterminer les vitesses de circulation avant toute action d’évitement des conducteurs (phase pré-collision).

Le temps de réaction des conducteurs est également une donnée importante à déterminer, cette dernière étant variable en fonction de l’âge, des conditions météorologiques et de l’état physiologique de ces derniers (fatigue, prise d’alcool ou de médicaments).

Cette étape de calcul s’avére indispensable pour s’assurer que les véhicules impliqués respectaient les vitesses maximales autorisées au moment du sinistre. Dans le cas contraire, une question primordiale se pose pour déterminer les responsabilités : L’accident aurait-il pu être évité si la vitesse maximale avait été respectée par le véhicule A, le véhicule B ?

 

La modélisation 3D

Fort de toutes ces données concernant les vitesses et les positionnements des véhicules au cours de l’événement, l’expert en accidentologie procède à la modélisation 3D de l’accident à l’aide d’un logiciel dédié.


accidentologie-modelisation3D-gm-consultant-expert-automobile
 

Cette modélisation permet de confirmer ou d’infirmer les calculs effectués précédemment et ainsi de fiabiliser les résultats obtenus.

De plus, la simulation numérique permet d’offrir une lecture simplifiée et claire de l’accident avec la création d’une vidéo 3D.

Attention ! Le logiciel d’accidentologie ne fait toutefois que traduire les données entrées par l’utilisateur. La modélisation est une illustration de l’analyse préalablement effectuée par l’accidentologue. La parfaite définition de la configuration de la collision reste le point clé de l’analyse en accidentologie. L’expert doit savoir maîtriser la valeur des données introduites et reste garant de la cohérence des résultats obtenus.

 

Antoine JARRY, Expert Accidentologue

Retrouvez son univers de compétence

 

* La cinématique des occupants à l’intérieur d’un véhicule va provoquer dans de nombreux cas des liaisons cutanées sur ces derniers. Ces dommages corporels nous permettent de localiser l’impact initial sur le véhicule étant donné que le corps présent à l’intérieur se dirigera toujours du côté du choc.